Archive for octobre 2006

Un week-end en dehors de Moscou

12 octobre 2006

Le week-end dernier, comme on était super motivés tous les 4 Français de mon nouveau groupe de russe (d’ailleurs, il faudrait que je fasse un article un jour pour les présenter parce que tout de même, on passe pas mal de temps ensemble), on est parti faire un petit en direction de la steppe infinie et du grand Nord, à 70 km au nord est de Moscou.

Une Russe très chic et tout et tout qui s’appelle Olia et qui ne m’a pas encore permis de la prendre en photo devait venir avec nous, mais elle était malade (en tout cas c’est ce qu’elle m’a dit, j’étais bien obligé de la croire). Du coup, on s’est retrouvé entre Français, et on a pu se les cailler à l’aise tous ensemble. La ville où on est allé s’appelle Serguiev Possad et est très connue pour son monastère (il faut dire que c’est assez impressionnant, et un peu plus grand que le monastère de Novodievitchi, qui pourtant valait le coup aussi).

On a fait l’aller en bus, comme je servais de guide, et bon, c’est vrai que c’est un peu plus facile en train. Mais en tout cas, ça nous a permis d’observer le paysage se modifier lentement au fur et à mesure qu’on sortait de Moscou, et de goûter un peu à l’ambiance russe du bord des routes. Au départ du bus, à la station ВДНХ (prononcer Védéhenkha), on a attendu une demi-heure l’arrivée du bus N°388. Des tas de Russes attendaient avec nous, et ça nous semblaient bizarre qu’il y ait autant de monde qui veuille aller visiter Serguiev Possad en Russie (mais après tout pourquoi pas, ça vaut le coup, et comme les Russes sont plutôt pratiquants dans l’ensemble, il doit sans doute s’agir d’une sorte de pélerinage que certaines personnes font de temps en temps). Le bus est arrivé et tout le monde n’a pas pu rentrer (évidemment), mais en tout cas, quand il a été rempli, il est allé se garer un peu plus loin et une dame est passée pour vendre des billets à tout le monde. On a donc démarré qu’une demi-heure plus tard. On est passé devant l’hôtel COSMOS, où on peut s’enregistrer pour obtenir une invitation en Russie, et dont le moindre intérêt n’est pas la statue du général de Gaulle érigée le 9 mai 2005 en l’honneur de la victoire de 1945. Je trouve ça marrant.

de_gaulle_cosmos.jpg

Ensuite, on a traversé toute la banlieue moscovite, les quartiers d’affaire, d’abord, puis les zones périphériques. Là-bas, on a vu d’ immenses rassemblements de gens à certains endroits au bord de la route à la sortie de la ville. En tout cas, l’auto-stop est une pratique beaucoup plus répandue en Russie qu’en France. Les datchas commencent à faire leur apparition au bord de la route aussitôt qu’on sort un peu de la ville. D’ailleurs, si les marchés en plein air deviennent de plus en plus petits à mesure que l’on s’éloigne de la ville, on voit que le week-end est un moment où nombre de moscovites partent à la campagne puisque des vieilles dames vendant des légumes et autres meubles destinés aux datchas sont toujours fidèles au poste au bord de la route. Un autre truc chouette, c’est les panneaux kilométriques, qui indique qu’Arkhangelsk n’est plus qu’à 1400 km. On se sent en Russie 🙂

En arrivant a Serguiev Possad, au loin on a le monastère qui se détache sur l’horizon. C’est très beau, mais ça permet aussi de trouver son chemin à partir de la gare routière quand on n’a pas de carte. Comme d’habitude, il y avait des mariages partout avec des limousines et des lâchers de ballons et une traditionnelle photo devant le monastère.

monastere_de_loin.jpg

 Le monastère en lui-même est assez impressionnant et toujours en exercice. On peut donc y voir des moines barbus et habillés en noir déambuler d’un air apaisé, ce qui ajoute à l’atmosphère une petite touche d’authenticité. Les jardins sont très beaux mais on m’a dir que le monastère était aussi magnifique sous la neige. Il y a dans une chapelle un mausolée des Romanov où les gens font la queue pour aller prier. En dehors de ce petit goût de pélerinage religieux, la chapelle est d’ailleurs magnifique et mystérieuse, juste comme je les aime. Les chants orthodoxes et les vapeurs de l’encens mettent (l’âme?) en condition pour admirer l’iconostase peinte par le célèbre Andreï Roublev.

serguiev_possad_des_russes_en_chale_et_des_moines.jpg

En sortant du monastère, on a fait un petit tour dans la ville. Ce n’est pas très grand et ce qui est remarquable est la quantité de dachas à proximité du monastère. Svetlana, notre nouvelle prof de russe (dont je ne me rappelle plus le patronyme) nous a raconté qu’il existait en vieux russe une différence entre la paroisse (село prononcer sielo), c’est-à-dire le village avec une église et le village sans église (деревня, prononcer dierevnia). Même si on n’apprend plus aujourd’hui que деревня, la différence existe encore (je n’en attendais d’ailleurs pas moins des Russes, qui sont de grands passionnés de toutes les choses qui concernent l’âme) et la famille de notre prof possédait deux datchas respectivement dans un село et dans un деревня, dont seule une des deux était utilisée pour une raison des plusmétaphysiques. En tout cas, cela confère une atmosphère très bucolique à la ville (qui ressemble plus à un grand village au milieu de nulle part pour ce qu’on en a vu)

des_isbas.jpg

L’ambiance est de ce point de vue très différente celle de Moscou et on ne retrouve les immeubles, les marchés à ciel ouvert, et les travaux qu’en s’approchant de la gare. C’est là-bas qu’on a pris un thé. Le restaurant était comme c’est la coutume ici planqué au fond d’une arrière-cour et il fallait traverser une cour sillonnée d’ornières inondées pour parvenir au café, où paraît-il on servait de la cuisine européenne, ce qui était déjà marrant.

serguiev_possad_un_cafe_qui_paye_pas_de_mine.jpg

On est rentré par le train et on est arrivé à la gare de Iaroslav, ce qui est vraiment un coup de bol puisque cette gare se trouve sur la même place que les célèbres gares de Leningrad et de Kazan (points de départ respectifs des voies ferrées vers la capitale du nord et vers l’Est lointain).

 Une bien belle journée donc

Publicités